De l'errance à l'espérance : genèse d'une religion

par Daniel Faivre

Thèse de doctorat en Histoire ancienne. Histoire des religions

Sous la direction de Pierre Levêque.

Soutenue en 1991

à Besançon .


  • Résumé

    Les origines encore obscures du peuple hébreu rendent opaque la naissance de leur religion. Celle-ci tire ses origines des incessantes pérégrinations de groupes amorites, jabiru et araméens qui semblent constituer la base ethnique du peuple de la bible. Le "dieu des pères", divinité aux contours flous, mais probablement puissance totémique d'un clan évoluant au sein d'un monde qu'il perçoit comme peuple de puissances numineuses redoutables, s'enrichira au contact de divinités étrangère : el, le grand dieu du panthéon ugarito-cananeen, mais aussi sin, le dieu-lune, ou l'une de ses nombreuses hypostases, ainsi que, d'une manière plus périphérique, le dieu moloch et ses redoutables sacrifices d'enfants. Mais la véritable nature du dieu d'Israël s'affirmera vraiment au contact de la réflexion théologique égyptienne menée un siècle plus tôt a Amarna et dont certains groupes, au sein desquels moise serait né, auraient conserve la mémoire. C'est toujours moise qui transformera le dieu des pères en dieu national d'Israël, qu'il dotera du nom de Yhwh, peut-être inspire par celui d'une divinité médiante ou geinte. C'est un peuple peut-être monolatre, mais non encore monothéiste, qui sortira du désert, au treizième siècle avant Jésus-Christ.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (314 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.289-307. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.1991.1019
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.