Taux de change réels, niveaux d'industrialisation et normes de change

par Camille Baulant

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Michel Aglietta.

Soutenue en 1989

à Paris 10 .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Real exchange rates, industrialization level and reference rates


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La situation de crise économique des vingt dernières années est caractérisée par d'extrêmes fluctuations des taux de change. L'analyse des taux de change réels (taux de change nominaux déflatés par les taux d'inflation) permet de comprendre cette instabilité. Au niveau théorique, pour déterminer, parmi les théories du commerce international, celle qui explique le mieux les mouvements de change réel, deux théories, dérivées de Ricardo, ont été étudiées. Pour les néo-classiques, le taux de change égalise le pouvoir d'achat des monnaies et les variations du taux de change réel ne sont que temporaires. Pour les néo-rocardiens au contraire, les équilibres de prix sont multiplés et le taux de change réel tendanciel ne peut être défini que par un équilibre global portant sur les flux échanges. Sur la base de ces analyses, on a présenté deux modèles théoriques estimables empiriquement et calcule des indices de taux de change réel à différents niveaux d'analyse : PIB, valeur ajoutée manufacturière. Les régressions effectuées sur les deux modèles montrent les résultats suivants. A long terme, le taux de change réel du PIB s'élève avec le niveau de développement des pays ; à court terme, il est une fonction décroissante du taux de croissance relatif des pays. Le taux de change de la valeur ajoutée manufacturière dépend non seulement du rythme de croissance des économies mais aussi des variables industrielles : qualité de la spécialisation, salaires.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol., (615, 506 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 604-608. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Grenoble Alpes (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque et appui à la science ouverte. Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MF 89/PA10/0047
  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : GM1601-1989-313-1 à 3/
  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T89PA10047

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Droit, science politique,économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFT 2530
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.MF.PA1O.SC.EC.1989
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.