Pauvreté, nouvelle pauvreté dans l'agglomération d'Amiens : analyse en coupe instantanée d'un échantillon représentatif

par Philippe Adair

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jacques Lautman.

Soutenue en 1989

à Paris 5 .


  • Résumé

    Suivant une démarche inductive, on identifie les caractéristiques et les comportements des ménages pauvres, on questionne la mesure de la pauvreté définie par l'insuffisance du revenu et la relation chômage (nouvelle) pauvreté, on conclut sur les modalités du revenu minimum l'analyse quantitative (coupe instantanée d'un échantillon de 1073 individus percevant l'aide facultative du CCAS en 1985) montre que ces ménages, souvent jeunes et très démunis, sont peu représentatifs de la population d’Amiens : familles nombreuses et monoparentales, chômeurs de longue durée; isoles et couples sans enfant sont les plus pauvres. L’analyse qualitative (50 entretiens) suggère que la paupérisation procède de l'origine sociale et de la trajectoire familiale et professionnelle; les comportements sont différenciés selon le sexe (recherche d'emploi), la présence d'enfant (restriction des dépenses) et l'accès au réseau de la parentèle et de l'aide sociale. L’unité statistique (individu et non ménage), le mode de calcul (non pondère) et le seuil de revenu (très faible) du CCAS sont inadéquats. Conjoncturelle (nouvelle) ou structurelle (ancienne), la pauvreté ne résulte pas logiquement du chômage, malgré le lien ambigu qui les unit. La solution du revenu minimum complétant la protection sociale s'oppose aux utopies radicales (allocation universelle et impôt négatif).

  • Titre traduit

    Poverty, new poverty in the township of Amiens : cross section analysis of a representative sample


  • Résumé

    Following an inductive approach, we investigate both characteristics and behavior of households facing poverty, we discuss the measure of poverty (considered as a lack of income) and the connection between unemployment and poverty, we conclude on the "minimum income" issue. Quantitative analysis, cross section of a sample of 1073 individuals helped by the township social institution in 1985, shows that they often belong to young and needy households, different from the regular population : large and dislocated families, unemployed for a long time; singles and childless couples are among the poorest. Qualitative analysis (50 interviews) suggests that the process of poverty originates from the social background, the family and professional record of the households. Behavior changes according to the sex (job searching), to the presence of children (expenditures shortage) and to the links with relatives and social networks (supplies). Statistical unit (individual rather than household), calculus (lacking ponderation) and level of income (too low) chosen by the institution are inadequate. The connection between unemployment and poverty (either a short term or a long term phenomenon) is not necessarily established and however remains ambiguous.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (329, 46 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 247-253 (vol. 1) ; f. 44-46 (vol. 2)

Où se trouve cette thèse\u00a0?