Place et rôle des intellectuels dans le mouvement socialiste français (1900-1920)

par Christophe Prochasson

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Madeleine Rebérioux.

Soutenue en 1989

à Paris 1 .

Le président du jury était Philippe Levillain.

Le jury était composé de Christophe Charle, Jean-François Sirinelli, Jacques Julliard.


  • Résumé

    Au sortir du 19eme siècle et sous l'impulsion de l'affaire Dreyfus les intellectuels prirent une place nouvelle dans le mouvement socialiste français. Ils n'y furent d'ailleurs pas toujours bien reçus. Leur mode d'intervention fut original et ne se fondit qu'exceptionnellement dans les structures militantes existantes. Tous plus ou moins héritiers du dreyfusisme, ils s'appliquèrent d'abord à développer une démarche éducative : écoles socialistes, école des hautes études sociales, conférences libres, etc. , les accueillent. Tous font aussi effort pour donner une doctrine nouvelle au parti socialiste. L'existence de réseaux leur permet parfois de concrétiser des projets politiques ou culturels élaborés dans le secret de quelques cénacles. Le plus souvent, cependant, la culture l'emporte sur la politique et la réflexion sur l'action. Seuls la première guerre mondiale et l'immédiat après-guerre poussèrent les intellectuels à pénétrer avec plus d'audace dans le champ politique. Si la période allant de l'affaire Dreyfus à 1914 peut ainsi être caractérisée par une grande fluidité et une forte intensité des échanges intellectuels, celle de la première guerre mondiale amorça un proces de fermeture, au demeurant esquissé dès les années 1910.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1993 par Éd. du Seuil à Paris

Les intellectuels, le socialisme et la guerre : 1900-1938


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (565 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?