Le sang et l'encens : essai anthropologique sur l'odeur et l'odorat

par Annick Le Guérer

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Louis-Vincent Thomas.

Soutenue en 1988

à Paris 5 .


  • Résumé

    Si pour évaluer la place faite à l'odorat et aux odeurs dans les sociétés occidentales contemporaines, on interroge œnologues, parfumeurs, historiens ou sociologues, on est en présence d'analyses très diverses mais qui convergent toutes vers la représentation d'un passe olfactif en complète rupture avec notre société très largement "désodorisée". S’assurer du bien-fondé de cette vision conduit à rechercher quel fut le statut accorde en Europe à l'odorat et a l'odeur par la pensée spéculative et de quels pouvoirs, les odeurs, bonnes ou mauvaises, furent investies dans les pratiques et l'imaginaire social. L’histoire de la philosophie apparait traversée par un fort courant qui oscille entre la relégation de l'olfactif a un rang secondaire et son exclusion totale du champ philosophique. Cette mise à l'écart contraste singulièrement avec le rôle tenu par l'odorat et l'odeur dans la littérature et la poésie et avec l'importance qui leur a été attribuée dans les relations sociales ainsi que dans la pensée médicale ancienne et les pratiques qu'elle a induites. La question de l'origine de ces pouvoirs évanouis est susceptible de recevoir plusieurs réponses. L’une d'entre elles réside dans les rapports primitifs qui unissent le sang à l'aromate et qui se révèlent de façon privilégiée dans les mythes et les phénomènes religieux. . .

  • Titre traduit

    Blood and incense : anthropological essay on odor and on the sense of smell


  • Résumé

    If oenologists, perfumers, historians, or sociologists are questioned concerning the place allotted to the sense of smell and to odors in contemporary western society, this analyses, while quite different, converge in one respect : all of them give testimony to a break between the olfactory dimension of the past and our generally "deodorized" society. The realization of the solid foundations of this conclusion leads to investigation of the role in Europe accorded by speculative thought to the sense of smell and to odor, and of the powers attributed to good or bad odors, in social practices and by the social imagination. In its main currents, the history of philosophy appears to oscillate in this regard between the relegation of the olfactory dimension to a secondary position and its total expulsion from philosophical enquiry. This exclusion contrasts markedly with the role of the sense of smell and odor in literature and poetry, and with their importance in social relations and in ancient medical thought and in the practices to which it led. It is possible to give several answers to the question of the origin of these powers which have subsequently vanished. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (701 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 536-699

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 89-345
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 13702-<1,2>
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.