La Réflexion et la réfraction dans la peinture européenne de 1904 à 1914

par Antonia Filali

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Fanette Roche-Pézard.

Soutenue en 1988

à Paris 1 .


  • Résumé

    Dans le contexte européen des années précédant la guerre de 1914, un certain nombre d'artistes, indépendants les uns des autres, proposent des solutions picturales concurrentielles basées sur des recherches menées autour des corps réfléchissants. L'eau, le miroir, la vitre, comme encore certains appareils liés aux découvertes optiques de l'époque intéressent nombre de peintres novateurs en ce qu'ils proposent une nouvelle définition de l'image basée bien souvent sur une remise en question du système perspectif traditionnel. A partir des premières tentatives formulées par Turner et Monet jusqu'à l'effervescence du futurisme italien ou du rayonnisme russe, en rappelant les figures majeures d'artistes tels que le jeune Mondrian, Kupka ou Delaunay, on remarque cette préoccupation constante, inhérente aux phénomènes de la réflexion et de la réfraction, celle des problèmes de la lumière. Privilégiant tantôt la couleur, parfois la forme, l'analyse de ces différentes propositions picturales nous a amenée à considérer les phénomènes optiques comme étant une des possibles voies menant à la non-figuration. En cette période charnière ou une multitude d'innovations envahissent le panorama pictural, le reflet comme la réfraction fournissent amplement leur tribut quant au renouvellement des arts.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (323 f.)
  • Notes : Thèse non corrigée

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 88 ! 100
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.