L'espace, le temps et la cloture, vers une clinique de l'enfermement

par Alvaro Escobar Molina

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Claude Revault d'Allonnes.

Soutenue en 1987

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Cette recherche est une demarche pour etablir ce qu'on pourrait appeler une clinique de l'enfermement a partir de deux espaces si differencies, celui de la prison pour le prisonnier politique et celui du monde monastique pour le moine. Dans ces deux lieux d'enfermement, des clotures separent les internes du monde de l'echange libre, sexuel, des biens et de la parole. Lorsque j'ai interroge moines et prisonniers sur ce qui les motivait a poursuivre ou a les faire tenir, il s'agissait presque toujours d'un obscur produit relationnel qui forgeait les reves ou les fantasmes, mais tout entrave par les rythmes du temps vecu qui decoupe ces espaces, par des negociations entre ces institutions, ce qu'elles offraient comme matiere a l'imaginaire de l'interne et a la facon dont ils collaboraient ou deviaient a la marge de ces investissements. J'analyse donc ces lambeaux de discours, ronges par l'enfermement, resistants malgre la machinerie institutionnelle, malgre la mort qui s'instaure et se loge dans les plis d'un corps imaginaire. En une poursuite obsedante de l'ideal, les internes se trouvent dans un puits narcissique, lors de la premiere etape d'enfermement qui devient ma premiere hypothese. Puis, dans une seconde phase, l'interne se retrouve prisonnier de lui-meme et de cette idealite dont peut etre il a depossede l'objet perdu, absent ou rencontre. Dans un troisieme moment, par le passage au vide, l'interne peut faire l'epreuve d'une liberte autre, cassant cet objet obsedant qui l'observe, et gagnant de ce fait une approche au reel.

  • Titre traduit

    Space, time and enclosure, towards a clinic of the confinement


  • Résumé

    This research is a process to establish what we could call a clinic of the confinement considering two differentiated spaces, the prison for the politic prisoner and the monastic world for the monk. In these two places of confinement enclosures separate the interned persons from the world of free exchange, sexual, properties and of the word. When i interrogated monks and prisoners on what were their motives to go on or to make them hold, it was quite always a matter of a dim relational product which forged the dreams or the phantasms, but all shackled by the rythms of the actual time which cuts these spaces by the negociations between the institutions, what kind of material they offered to the imaginary of the interned ones and how these latter would collaborate or turn aside these investments. So, i analyze these shreds of language corroded by the confinement, resisting, in spite of the institutional machinery, in spite of death which sets up and takes roots in the wrinckles of an imaginary body. During the first stage which is my first hypothesis, in an obsessing attempt to track the ideal the interned persons put themselves in a narcissic well. During the second stage, the interned person becomes his own prisoner and the prisoner of this ideality of which he may have dispossessed the nostalgy of the lost object, missing or encountered. In the third stage, passing through the void, the interned can experiment another liberty, breaking this obsessing object which watches him, thus reaching an access to the real.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.