Histoire et politique dans l'Espagne musulmane des Xème-XIème siècles

par Gabriel Martinez-Gros

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean Devisse.

Soutenue en 1987

à Paris 1 .


  • Résumé

    Au Xème siècle, en même temps que le califat de Cordoue et pour l'illustrer nait une littérature - ou plus généralement une écriture - qu'on peut dire historique. Elle vise en effet à surmonter l'intervalle de deux siècles pendant lesquels la dynastie Omeyyade, chassée d'Orient par les Abbassides, fut dépossédée de l'Imamat. Loin de minimiser cette solution de continuité, la propagande Omeyyade en fait l'épreuve - ou l'hégire - dont à l'image du prophète, Dieu marque ceux qu'il a choisis. Après la chute du califat (1031) cet édifice idéologique tombe en ruines. D'Ibn Hazm à Ibn Abdun, à mesure que se précise la menace chrétienne, le "sens" que les omeyyades avaient tenté d'imprimer à l'histoire se fait plus douteux. À la fin du XIème siècle, l'intérêt des auteurs andalous pour la "politique" disparait presque totalement. L'illégitimité du pouvoir, définitivement consacrée par les almoravides conduit au contraire la cite musulmane à définir un ordre dont le prince n'est plus le garant, un équilibre de fait désormais indiffèrent aux promesses messianiques du premier Islam.


  • Résumé

    Arabic spanish literature - though writings would be a more accurate term - sprung in the Xth century as an attempt to give support to the Umayyad caliphate. This literature well deserves to be labelled historical as its purpose was to cover a span of two centuries deprived of legitimacy, the Umayyad dynasty having been driven away from the east by the abbasid upheaval. The Umayyad propaganda unexpectedly insisted upon this defeat as the ordeal sent by God to mark out his chosen few. 1031 saw the fall of the caliphate and down with it came its ideology. From Ibn Hazm to Ibn Abdun, as the Christians military threats were impending, history didn’t seem to be reliable any longer ; by the end of the XIth century, andalusian authors had almost lost interest in politics. With the Almoravids in power, they came to discard any government as illegitimate. The muslim city would soon have to enforce a day to day social order, kept apart from the much decried political hierarchy and little concerned with the messianic promises of early Islam.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication

L'idéologie omeyyade : Xe-XIe siècles


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (583 f.)

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 87 ! 73
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 12979-<1,2>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 416
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 89-389
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication

Informations

  • Sous le titre : L'idéologie omeyyade : Xe-XIe siècles
  • Dans la collection : Bibliothèque de la Casa de Velázquez , 8
  • Détails : 1 vol. (363 p.)
  • ISBN : 84-86839-29-7
  • Annexes : Sources et bibliogr. p. [329]-342. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.