La sculpture religieuse monumentale aux XIIIe et XIVe siècles dans le diocèse de Metz

par Marie-Antoinette Mutter-Kuhn

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Michel Bur.

Soutenue en 1987

à Nancy 2 .


  • Résumé

    L'étude de la sculpture monumentale des XVIIIe et XIVe siècles dans le diocèse de Metz s'applique aux églises de Arry, Cheminot, Farschviller, Forbach, Gorze, Hesse, Hombourghaut, Lindre-Haute, Lemoncourt, Marsal, Metz (cathédrale, Saint-Martin, Sainte-Ségolène, Saint-Vincent), Munster, Reding, Saint-Jean-de-Bassel, Sarrebourg, Sarreguemines, Vicsur-Seille. Elle fait apparaitre l'acceptation dès la première moitié du treizième siècle de la nouvelle vision plastique dans l'élaboration du décor, le grand nombre et la variété des éléments de sculpture, ainsi que la multiplicité des influences venues de chantiers gothiques français. La variété décelée dans le décor concerne à la fois les thèmes iconographiques retenus, les choix formels des supports de ces thèmes et la localisation des éléments de sculpture. Au travers de l'iconographie s'exprime la propension des sculpteurs au récit et à l'anecdote. Ainsi les tympans de la cathédrale comme ceux des petites églises paroissiales, les frises et les culots soulignant ou ponctuant l'architecture des édifices, témoignent du gout pour l'histoire racontée. Mais, les sculpteurs traduisent aussi sur les corbeilles des chapiteaux et sur les clefs de voute le décor floral savant et naturaliste spécifique du treizième siècle. La diversité formelle des supports ainsi que la localisation de la sculpture ne manquent pas non plus d'originalité : on peut noter la présence de statues-colonnes marquant les angles d'un transept, des consoles à éléments multiples, des fausses gargouilles, symbole des évangélistes sur le chevet, des pinacles décorés d'une adoration des rois-mages. L'influence des chantiers français se remarque dans les petites églises paroissiales, comme dans les abbatiales et dans la cathédrale. Néanmoins, tout se passe comme si chaque atelier local interprétait les traits venus d'ailleurs, tout en respectant les traditions locales. En somme, la réalité d'un espace artistique couvrant l'ancien diocèse et l'actuel département de la Moselle peut être affirmée


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (328, [56] p.)

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LN 87/1

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 89-877
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1113
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.